Taraf de Haidouks

Samedi 9Scène Tribus20h00

Ils sont connus dans leur pays d’origine sous le nom de Taraful Haiducilor, qui veut dire à peu près bande de brigands. Le groupe s’est formé en 1990 peu après la chute de l’État communiste.

La formation initiale comptait une douzaine de musiciens, jusqu’à une trentaine. Depuis la parution de son premier album chez Crammed Discs en 1991, et sa participation à Latcho Drom (le fameux film de Tony Gatlif), le Taraf de Haïdouks s’est imposé comme un groupe emblématique, qui symbolise la merveilleuse vitalité de la musique tsigane des Balkans.

Leur musique tour à tour endiablée, grave ou mélancolique utilise les mêmes instruments que leurs parents et grand-parents : violon, accordéon, contrebasse, cymbalum, flûte de Pan, percussions et quelques instruments à vent.

Le groupe a multiplié les collaborations : concerts avec le Kronos Quartet au Royal Festival Hall de Londres, participation (en tant que mannequins/musiciens) aux défilés du styliste Yohji Yamamoto, présence dans les bandes-son de films tels que “Terminus Paradis” de Lucian Pintilie ou “Train de vie” de Radu Mihaileanu, et apparition remarquée à l’écran (aux côtés de Johnny Depp et Christina Ricci) dans “The Man Who Cried”, le film de la réalisatrice britannique Sally Potter dont ils signent également une partie de la musique.

En 2007, ils participent à la Folle Journée de Nantes, pour illustrer  « l’Harmonie des Peuples », thème du célèbre festival cette année-là.

Les membres du groupe semblent traverser toute cette agitation en conservant leur sens de l’humour et leur philosophie de la vie. Ils résident toujours dans leur modeste village de Clejani, dans le județ (département) de Giurgiu au cœur de la campagne valaque, au sud de Bucarest.